La renaissance de notre Tambour, ou comment je vois la création de son tambour.


En ce moment, j'ai un regard plus appuyé sur mon activité, ma manière d'aborder les choses, le chemin que je prends. Beaucoup mis en cause pour sa relation animale, le tambour est pour moi tout autre chose. Je vais vous le conter.

Il y a quelques jours, je discutais avec une cliente que j'ai à travers mon activité de praticien en hypnose. Nous parlions de renaissance. Et puis je me suis mis à une activité qui n'est pas ma préférée dans la construction de tambour, le tannage de la peau. C'est souvent en parlant de cette étape que certains vegan un peu virulent me taclent. Je participe à la maltraitance animale…

Dans la tradition, le tambour est rêvé par celui qui en veut un. Il entre en contact avec l'animal, lui demande la permission de prendre sa peau. Si elle lui est accordée, il part chasser l'animal. Le remercie de sa mort et utilise chaque partie de son corps offert. Il tanne ensuite la peau.

Première étape : écharner.

Il s'agit ici d'enlever toute la viande et la graisse qui reste sur la partie précédemment non visible de la peau. Terme dont j'ai ici oublié le nom. Mais vous voyez ce que je veux, hein ? Je possède une hache mal aiguisée pour le faire sans abîmer la peau. Il s'agit d’affiner le son, de libérer la peau de tout ce qui n'est pas utile à sa nouvelle destination. La vibration dépend déjà de la qualité et de l'intention dans le travail.

Deuxième étape : bain de chaux.

Pendant quelques jours la peau trempe et chaque jour je remue. Quelques odeurs… Surveiller, écouter, tester la résistance du poil.

Troisième étape : dépoiler.

Avec cette même hache, enlever tous les poils. Il s'agit d'avoir une peau la plus lisse possible. Attention à ne pas aller trop vite, je pourrais abîmer cette nouvelle peau.Plus les poils se détachent de cette peau, plus la peau se révèle, différente, plus lumineuse, plus souple. Elle change complètement. Découverte...

Quatrième étape : déchauler.

Un bon bain de vinaigre blanc pour enlever toute trace de chaux dans la peau. Elle est bien, prête comme ça. Une bonne journée suffit.

Cinquième étape : séchage.

La tension pour le séchage est en elle-même une belle étape. La peau nouvelle, prend sa taille adulte. Tendre, mais pas trop. Tout est dans la sensibilité. Tranquillement, à l'écoute de ce qu'elle nous dit. Ne pas la brusquer. Puis, une fois tendue, la laisser sécher. Pas en plein soleil, pas trop vite, à sa vitesse. En équilibre avec la nature, avec la constitution de la peau de cet animal, rêvé un jour…

Ensuite c'est le tambour.

Créer le fût en formant un cercle avec une partie d'un arbre. Autre vibration.

Tranquillement cintrer ce bois. Lui donner une autre forme. Le diriger vers une autre destination. Poncer. Toucher. Glisser. Arrondir.

Dessiner l'intérieur du fût pour apporter une autre vibration. Celle de notre intention.

Aller chercher cette peau sèche. La placer. Découper. Découper les lanières de manière à ce que le moins de peau possible ne soit jeté.

Assembler. Dans un ordre qui nous est personnel. Pour que chaque partie de la peau soit soutenue, guidée pour vibrer.

Tendre, tranquillement, toujours à l'écoute de chaque partie qui prend place. Sensibilité des mains. Parfois tension des muscles. Parfois blessure de frottements…

Tissage. Toujours personnel. Soi.

Glisser les mains sur cette peau encore humide. Imaginer le son. Le rythme. Les sensations.

Remercier chaque étape, chaque élément.

Pour moi, le tambour, c'est toi, c'est moi en construction, en renaissance à soi même. Loin de toute cette agitation de croyances sur l'animal, il s'agit plus d'un accomplissement.

Bien sûr, plus de peaux prélevée en conscience dans nos sociétés, mais reste l'intention que tu mets dans TON tambour.

Loin de la tendance New Age, il s'agit, selon mon fonctionnement, d'une renaissance à soi à travers l'objet de pouvoir (pouvoir = capacité d'action).

Agir pour se retrouver, se redécouvrir, se construire.

De plus en plus je n'utilise que des peaux que je tanne moi-même. Biche, Chevreuil, Mouton, …

De plus en plus j'ai la chance de construire des tambours uniques.

Renaissance...

À l'affiche