Dis Bruno, comment tu fais tes fûts ?

Le fût du tambour, c'est la partie de bois sur laquelle tu tends la peau.

Au début, dans les temps anciens, ce fût était fabriqué par un enchevètrement de branches. C'est te dire comme la rondeur était, particulière. De notre temps, il faut que le tambour soit bien rond, c'est plus marketing.

Pour ma part, et pour le moment, j'utilise en majorité du contreplaqué. 2 ou 3 couches de 3mm.

Cela donne un tambour ultra-léger et dansant.

Je déoupe mes lames. Souvent du 7 ou 9 cm de haut. Une fois découpées, je vais les tremper dans un endroit magique au bord d'un ruisseau calme. Là, c'est mon petit rituel. J'appelle le gardien du lieu, les éléments afin qu'ils déposent leur vibration dans ce "bois" industriel. Cela permet à la nature de modifier cette vibration industrielle ! Un joli pied de nez, non ? Puis je laisse tremper pendant environs 2 jours.

Je remercie la nature et les éléments.

Je cintre sur un cercle, du diamètre voulu, en métal. Séchage au soleil.

Jé décintre et je colle les différentes couches (colle à bois d'extérieur). Séchage.

Après il suffit de poncer pour adoucir les arrêtes.

Le tour est joué.

Sinon, je m'amuse aussi avec des tranches d'arbre, mais ce sera pour un post ultérieur. Peut-être en film !

Belle soirée,

Bruno

À l'affiche